Consulter un thérapeute ? – Mieux traverser le deuil

Consulter un thérapeute ?

L’effondrement de vos repères et les turbulences émotionnelles que vous vivez pendant votre deuil vous donnent la sensation de perdre pied. Il peut arriver que vous ne sachiez que faire pour garder la tête hors de l’eau. Dans ces moments-là vous vous êtes peut-être demandé s’il était opportun d’aller consulter un psychiatre ou un psychologue pour vous aider dans votre deuil. Cette question est pertinente. Car même si le processus de deuil est une dynamique naturelle, il est des circonstances où il est très utile voire nécessaire de consulter un thérapeute au cours du deuil.

Difficulté à exprimer ses émotions

Si vous n’arrivez pas à exprimer vos émotions et que cette situation dure dans le temps, cela va vous bloquer dans la réalisation des tâches de votre travail de deuil. Il peut être utile alors d’envisager de consulter un thérapeute. Cela pourra vous aider à mettre plus précisément des mots sur tout ce que vous ressentez.

Car lorsque vous entrez dans la 3e étape du deuil (déstructuration), vous êtes au plein cœur de votre souffrance, avec des émotions au pus haut de leur intensité. Il est essentiel de vous donner les moyens de les exprimer. Mais auprès de qui ? Bien souvent à cette étape peu de personnes de votre entourage sont encore disponibles. Ils pensent que vous allez mieux et que vous avez tourné la page, alors que vous êtes dans une fournaise intérieure. C’est souvent à ce moment-là que beaucoup de personnes en deuil se tournent vers un psy ou vers une association d’accompagnement du deuil parce qu’elles ne trouvent plus, auprès de leurs proches, l’écoute dont elles ont besoin.

Des conflits relationnels bloquants

Une autre circonstance peut vous inciter à aller consulter un thérapeute. Quand vous vous sentez submergé par la colère ou la culpabilité, ou que vous êtes tourmenté(e) par les conflits relationnels qui existaient entre vous et la personne disparue. Un psy pourra vous aider à explorer ces conflits et à faire la paix avec elle, même au-delà de sa mort.

Des maladies à répétition

Le corps exprime toujours ce que le cœur ne peut dire. Vous pouvez sans cesse tomber malade parce que vous n’arrivez pas à exprimer votre souffrance. Votre corps exprime par des « maux » ce que vous n’arrivez pas à mettre en « mots ». Il est peut-être temps de vous prendre la parole devant un thérapeute…

Besoin de faire le point, de savoir où vous en êtes

Vous pouvez aussi consulter un psy car certaines réactions de votre deuil vous semblent excessives ou inappropriées. Vous ne savez plus où vous en êtes. Si vous avez l’impression que votre vie devient chaotique ou trop instable, ou si vous vous inquiétez sur la durée de certaines étapes de votre deuil, il est utile de faire le point pour savoir où vous en êtes. Il est important, dans ce cas, de vous tourner vers un thérapeute qui a une bonne connaissance du processus de deuil.

Des signes de dépression clinique ou un problème psychiatrique

Il est de même très important de consulter un médecin ou un psychiatre si vous présentez des signes de dépression ou des idées suicidaires persistantes. N’attendez pas. Il est sage de consulter si vous avez déjà souffert de dépressions graves dans le passé ou si vous avez un problème d’ordre psychiatrique qui parasite le vécu de votre deuil.

Des difficultés liées à l’isolement

Même si vous ne souffrez pas de troubles particuliers, vous vous trouvez peut-être dans une situation de grande solitude ou de grand isolement, sans personne à qui parler. Un partage régulier avec un thérapeute sera dans ce cas une aide inestimable. N’oubliez pas que les associations d’accompagnement du deuil peuvent aussi répondre à ce besoin. Il peut même être recommandé d’associer un suivi psy avec un groupe de parole.

Quel thérapeute choisir ?

Comment choisir le thérapeute qui vous accompagnera ? Le meilleur moyen est de demander à votre médecin traitant de vous orienter. Vous pouvez aussi vous adresser aux associations d’accompagnement du deuil de votre région, elles ont des adresses de professionnels qui connaissent bien le processus de deuil. Les équipes hospitalières de soins palliatifs peuvent aussi vous orienter vers des gens fiables.

Quelles sont ces connaissances et son expérience du deuil ?

Quand vous prenez des renseignements sur ce psy, n’hésitez pas à lui demander quelle est son expérience du deuil. Au minimum, la personne que vous allez rencontrer doit avoir un intérêt particulier pour le processus de deuil et il est nécessaire qu’elle possède suffisamment d’expérience et de bases théoriques pour comprendre la spécificité de cet accompagnement.

Une interaction étroite avec le thérapeute

En effet l’accompagnement du deuil est différent d’une psychothérapie où le thérapeute se doit d’être un peu distant. Dans votre cas, il importe que le thérapeute que vous choisissez soit assez chaleureux, « engagé » auprès de vous. C’est une attitude différente de celle qu’on retrouve dans la psychothérapie classique.

Un psy trop silencieux et qui intervient peu ne convient pas à l’accompagnement du deuil car la personne en deuil a besoin d’une interaction étroite avec le thérapeute. Elle a besoin qu’on lui pose activement des questions pour l’aider à réfléchir et à avancer. Il faut aussi que le psy soit rassurant, en véhiculant sans cesse la promesse que le deuil est un processus évolutif dont on va sortir.

Ne pas vous laisser impressionner par le statut du psy

Autre point essentiel, il faut impérativement que le « courant passe » entre vous et le thérapeute. Vous devez vous sentir confortable et compris dans ce que vous vivez. Surtout, ne vous laissez pas impressionner par le statut du psy. Il est là, avant tout, pour répondre à vos besoins. Il n’est pas là pour que vous entriez dans sa vision des choses. Par exemple, n’acceptez pas de céder à la pression du thérapeute qui exige que vous parliez de votre enfance et de vos rapports avec vos parents, alors que vous ne souhaitez parler que de votre enfant ou de votre conjoint décédé !

Accompagnement et psychothérapie : deux approches différentes

Si vous vous rendez compte que le psy s’intéresse plus à votre passé qu’à votre deuil d’aujourd’hui, c’est le signe qu’il ne connaît pas vraiment l’accompagnement du deuil. Il faut lui en parler et, au besoin, trouver quelqu’un qui soit plus adapté à votre situation.

Autres articles qui peuvent vous intéresser :

Répondez à notre questionnaire pour recevoir
une aide personnalisée.

Je commence
S'inscrire à la
Newsletter

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.