Les quatre phases du processus de deuil – Mieux traverser le deuil

Les quatre phases du processus de deuil

16 mai 2019 Image Les quatre phases du processus de deuil

Selon Christophe Fauré(1), le processus de deuil se divise en quatre grandes étapes :

Dans la réalité, ces étapes se chevauchent bien sûr. Il est essentiel de connaître ces repères, car ils restituent avec clarté le déroulé du processus de deuil. Ils décrivent une vision générale du chemin. Il est certain que pour chaque personne endeuillée les étapes seront vécues différemment car chaque expérience est unique. L’histoire individuelle, les liens tissés avec l’être disparu, l’intensité des émotions et des sentiments… Toutes ces variables personnelles vont déterminer la durée, la périodicité, la profondeur des vallées traversées pendant chaque phase du processus.

Le temps de la cicatrisation

Le processus de deuil est une force naturelle qui œuvre jour après jour pour cicatriser la blessure intérieure. Il est essentiel que la personne endeuillée le sache. Quelles que soient les tempêtes qu’elle affrontera, elle finira par trouver l’apaisement. Il est important qu’elle garde confiance, qu’elle prenne soin d’elle. Et surtout qu’elle s’offre tout le temps nécessaire pour vivre chaque étape, chaque oscillation au jour le jour. Il n’y a aucune urgence, l’important est de cheminer en respectant son rythme, sa respiration intérieure.

Phase 1 du deuil : le choc, la sidération

La nouvelle du deuil plonge la personne endeuillée dans un état d’incrédulité, voire de déni radical. Des mécanismes de protection se mettent en place pour préserver sa conscience de l’énormité de ce qui vient de se passer. Cette « protection psychique » permettra à la personne d’intégrer le premier niveau du deuil : reconnaître qu’elle a perdu un être aimé.
Cette étape dure de 2 à 4 semaines. Elle peut être beaucoup plus longue en cas de deuil traumatique.

Phase 2 du deuil : la fuite, la recherche

Il y a « fuite » car la personne endeuillée mobilise une énergie colossale pour tenter de fuir la souffrance. Cela se traduit par la fuite dans le travail ou dans des addictions diverses. Il y a « recherche » car elle va tenter de préserver, coûte que coûte, la relation interrompue avec l’être aimé : besoin de toucher ses vêtements, de sentir son odeur, de regarder ses photos et vidéos, d’entendre sa voix…
Cette 2e étape dure en général entre 6 et 10 mois. Elle peut durer jusqu’à un an et demi en cas de deuil traumatique(2).

Phase 3 du deuil : la déstructuration

Six à dix mois après la disparition de l’être aimé, la personne endeuillée comprend que sa relation extérieure avec lui est définitivement interrompue, que c’est irrémédiable. Cette pleine prise de conscience est tardive par rapport au moment du décès, ceci est normal. La douleur peut alors atteindre un paroxysme qu’elle ne s’attendait plus à vivre, avec un vécu dépressif dans lequel les émotions prennent une intensité inconnue. Il y a une totale perte de repères et de structure, un profond sentiment de solitude.
Cette 3e étape dure pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, sans que cela soit pathologique.

Phase 4 du deuil : la restructuration

Au-delà de la souffrance, le processus de cicatrisation intérieure est patiemment mis en œuvre dans les tréfonds de l’être. Peu à peu, un lien d’une autre nature est en train de se renouer entre la personne endeuillée et l’être aimé. La relation extérieure fait place à une relation intérieure avec lui. Ce lien intérieur existera à tout jamais en elle. Lentement, la personne endeuillée commence à entrevoir la possibilité d’un retour à la vie. Elle redéfinit sa relation à elle-même, à autrui et au monde, au défunt.
La durée de cette 4e phase est difficile à évaluer car elle est concomitante avec la nouvelle identité que la personne en deuil développe au fil du temps. Il n’est pas pas anormal 10 ans après le décès d’un enfant de témoigner de l’impact de sa disparition sur son existence. Cela n’a rien de pathologique.                                                               

NOTES

  1. Vivre le deuil au jour le jour, éditions Albin Michel, nouvelle édition revue et corrigée 2018.
  2. Après le suicide d’un proche – Vivre le deuil et se reconstruire, Dr Christophe Fauré. Éd. Albin Michel, 2007. Page 132.

À LIRE AUSSI  :

Partager l'article

Facebook Twitter Linkedin

10 Commentaires

Diane

26 Nov, 2022 à 03h23
Je suis dans la phase 4 à me reconstruire , j ai perdu mon mari ça fait 1 an et 1/2 et j y pense tout le temps , je suis sensible à tout , je pleure à rien , mal dans ma peau … je sais pas encore combien de temps la douleur sera là le fait de m occuper à autre chose m aide beaucoup dans ce temps là ..

Tine

20 Nov, 2022 à 00h09
J'ai perdu mon conjoint à 6 mois du mariage dans un accident de voiture, je m'en suis sortis mais pas lui .. J'ai en boucle dans la tête l accident, je le vois encore à mes côtés . je m'entends crier après lui et me sent impuissante car je ne peu le toucher ayant les bras bloqués..j'en fais des cauchemars jai des insomnies.. Cela c'est produit le 10.10.2021 ..1ans déjà et il me manque toujours autant ...j'ai toujours autant d'amour pour lui ... Nous avions tellement de projets ensemble..nous étions si heureux..nous nous étions retrouvé au bout de 35ans ...et en une fraction de seconde tout c'est envolé..il n'avait que 45 ans .. Je n'arrive pas à mis faire .. Je dors avec son pull qui je met son parfum piur avoir l'impression qu'il est avec moi ... Son pull qui avait la veille de notre accident.. Il me manque énormément..j'ai vécu deux décès auparavant mes parents ..mes soeurs et frère les avons accompagnés dans leur dernier souffle .. J'ai souffer de leur perte ...mais mon amour j'ai encore plus mal .. Je me pose sans cesse des questions ...j'ai de la colère de la haine envers les responsables de cette accident.. De la colère envers d'autre personne aussi ...il avait réussit à me redonner le sourire et la Joie de vivre et j'ai à nouveau perdu tous ça..car il était mon rayon de soleil qui illuminait ma vie rien quand le regardant le voir sourire me parler j'étais comme une petite fille toute émerveillé par sa douceur sa gentillesse tout l'amour qu'il m'apportait..et on me l'a pris .. Je lui parle quand je vais au cimetière..quand je regarde nos photos.. Je visionne les vidéos pour entendre sa voix ..peur d oublier le son de sa voix ... Il me manque c'est affreux...

Pierre Provencher

14 Nov, 2022 à 04h19
mon ami Pierre Daniel Ayot est décédé le 7 mai 2022. Suite a un cancer agressif. Cela me fait mal. Car je suis une personne seul sans famille et sans amis. Je trouve cela difficile de ne plus être ou avoir de contact avec lui. Il etait mon seul et meilleur ami. Je dois avouer que j ai peur de demain. Je suis triste.

Loïca

26 Oct, 2022 à 22h57
Ma maman est partie au ciel le 26 septembre, tout juste 1 mois aujourd'hui. Elle avait 67 ans et était malade depuis plus de 10 ans. Nous étions en symbiose hormis quelques petites disputes. Elle laisse un grand vide dans ma vie, elle me manque terriblement, je suis un peu perdue sans elle. À chaque réveil je pense que j'ai fait un cauchemar mais la réalité me rattrape 🥺💔

Carole

14 Sep, 2022 à 22h49
J'ai perdu mon fils Eliott le 10 juillet dernier dans un accident de voiture. Je crois que j'ai immédiatement compris, la perte, sa mort, le fait qu'on ne se verrait plus. J'ai été et je suis toujours très entourée même si je vis seule. J'enchaîne depuis sorties et voyages mais voilà que deux mois après les souvenirs m'assaillent en permanence. Tout me rappelle a lui. J'ai 50 ans et l'impression que tout est derrière moi.

Hoarau

23 Avr, 2022 à 09h14
Mon petit fils Freddy est décédé le 2 janvier 2022 à l’âge de 18 ans. Au début je ne croyais pas et jusqu’à maintenant . Beaucoup de questions que je me pose, Pourquoi et Comment car il était en soins dans une Clinique. Je n’ai toujours pas de réponse ! Mais je sais que je ne le verrais plus la douleur est présente atroce ??

Pierre Jacquet

27 Mar, 2021 à 10h24
Je viens de perdre mon épouse avec laquelle j’étais fusionnel. Nous venions de fêter 50 ans de mariage. Je ressens un énorme vide, je n’arrive pas à me projeter, la seule chose qui calme ma souffrance c’est de m’abrutir dans des tâches physiques ou administratives liées à la succession.

Komonski

03 Fév, 2021 à 17h46
Faire le deuil après deces covid de mon père Le reconnaître avec les précautions, enterrement avec bénédiction au cimetière pas de eglise nous étions 7 familles interdites a cause des kilomètres... Et ensuite soutenir ma mère 90 ans Après 11 mois je commence a survivre..... Jusqu'à la fin de mes jours je serai triste Il nous faut remonter la pente Et écouter les conneries des infos de 20 heures sur le virus..honte aux médias honte a notre gouvernement

Mieux traverser le deuil

11 Oct, 2019 à 14h48
Cet article décrit les différentes phases du deuil de façon chronologique. Pendant ces étapes une personne endeuillée est en effet traversée par des émotions telle que la colère, nous avons développé ce sujet dans les articles suivants : https://mieux-traverser-le-deuil.fr/les-emotions-vecues-pendant-le-deuil/ https://mieux-traverser-le-deuil.fr/la-colere/ Bonne lecture.

Mme Scepanovic

11 Oct, 2019 à 13h45
Vous ne parlez pas de la colère due à ce deuil Elle existe



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Répondez à notre questionnaire pour recevoir
une aide personnalisée.

Je commence
S'inscrire à la
Newsletter

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.