La différence entre vécu dépressif et dépression clinique – Mieux traverser le deuil

La différence entre vécu dépressif et dépression clinique

17 mai 2019 Image La différence entre vécu dépressif et dépression clinique

Il est important de faire la distinction entre vécu dépressif et dépression clinique. Cela pour deux raisons : la première est de pouvoir déceler les signes de la dépression chez une personne endeuillée. Et le cas échéant, de lui conseiller d’aller consulter dès que possible un médecin. La seconde raison est de s’assurer que le diagnostic établi soit exact afin d’éviter les médications inadaptées. S’il y avait un doute, seul un médecin sera habilité à confirmer ce diagnostic ou non.

Le vécu dépressif et la dépression ont de nombreux symptômes communs :

– Troubles du sommeil et/ou de l’appétit
– Fatigue
– Perte d’intérêt globale
– Tristesse
– Difficultés de concentration, de mémorisation (impression de tête vide)
– Baisse de la libido

Nous vous présentons ci-dessous les manifestations spécifiques à chacun des deux états émotionnels par famille de comportements (idées suicidaires, comportement social…) (1). Cela pourra vous aider à mieux distinguer ce qui relève du vécu dépressif ou de la dépression.

  • IDÉES SUICIDAIRES

Vécu dépressif : TOUTES les personnes en deuil traversent un vécu dépressif. C’est une étape normale et incontournable du processus de deuil. Quand un désir suicidaire apparaît, c’est de façon fluctuante, et sa mise en œuvre est peu élaborée.

Dépression : un nombre limité de personnes vivent une dépression pendant le deuil. On constate souvent des idées suicidaires persistantes. Le risque de passage à l’acte est d’autant plus important que le scénario de sa mise en œuvre est précis et élaboré, avec une implication active de la personne dans sa réalisation (achat de médicaments, consultation de sites internet, mise en ordre des affaires…).

  • COMPORTEMENT SOCIAL ET PROFESSIONNEL

Vécu dépressif : le fonctionnement affectif, social et professionnel est toujours présent, même réduit au minimum. Il apporte des satisfactions à la personne endeuillée même si cela lui demande des efforts, et que c’est lourd pour elle d’y faire face chaque jour.

Dépression : le fonctionnement affectif, social, intellectuel et professionnel est très perturbé voire totalement inhibé. La personne endeuillée est dans un isolement majeur avec une incapacité professionnelle. Ses efforts ne lui permettent pas de reprendre le dessus.

  • ÉVOLUTION DANS LA DURÉE

Vécu dépressif : il y a une alternance de vagues de désespoir et de temps de répit. La fréquence et l’intensité de ces vagues diminuent avec le temps, même si elles perdurent des mois voire des années.

Dépression : le vécu douloureux est continu, sans rémission. Il s’aggrave avec le temps. Les moments de répit sont très rares, la personne endeuillée se sent incapable de les apprécier.

  • RÉACTIVITÉ FACE AUX ÉVÉNEMENTS HEUREUX

Vécu dépressif : la personne endeuillée apprécie les événements heureux qui lui arrivent même si elle immergée dans un climat triste et pesant. Elle est capable de penser à l’avenir et de construire des projets

Dépression : la personne endeuillée est profondément et durablement indifférente aux événements heureux. Elle vit douloureusement la perte de sa réactivité face à ces circonstances. L’avenir lui semble définitivement fermé, sans issue possible.

  • TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX

Vécu dépressif : la personne endeuillée gère l’étape naturelle du vécu dépressif le plus souvent seule et/ou accompagnée de proches ou d’associations. Il n’y a pas de traitement médicamenteux spécifique.

Dépression : la personne endeuillée ne peut se libérer seule de la dépression, même si elle est accompagnée de proches ou d’associations. Il y a nécessité qu’elle soit suivie psychologiquement par un thérapeute, et souvent qu’elle reçoive un traitement médicamenteux.

(1) Ces descriptifs sont inspirés du tableau « Vécu dépressif / Dépression clinique » établi par le psychiatre Christophe Fauré dans son ouvrage Vivre le deuil au jour le jour, éditions Albin Michel, nouvelle édition revue et corrigée 2018. Pages 130-131.

À lire aussi :

Partager l'article

Facebook Twitter Linkedin

Commentaires

Aucun commentaire.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Répondez à notre questionnaire pour recevoir
une aide personnalisée.

Je commence
S'inscrire à la
Newsletter

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.