La perte de mon fils, victime d'un acte criminel – Mieux traverser le deuil

La perte de mon fils, victime d’un acte criminel

20 juillet 2022 Image La perte de mon fils, victime d’un acte criminel

Je n’avais jamais imaginé ma vie sans un de mes enfants, j’ai pensé naturellement que mes deux fils m’accompagneraient tout au long de ma vie. Comme on dit : c’était dans l’ordre des choses…

 Une nuit, il y a quelques années, ma jolie petite famille a été pulvérisée. Tout a basculé soudainement, brutalement, atrocement.

Mon fils aîné, âgé de 21 ans, a été victime d’un acte criminel. Son ex-petit ami l’a cruellement tué à l’arme blanche. Je le connaissais, il venait à la maison, nous l’accueillions chaleureusement… Ils avaient vécu une histoire amoureuse d’un an et demi. Ils avaient rompu trois mois avant ce geste monstrueux que rien ne présageait. Il n’y avait jamais eu d’actes violents qui auraient pu nous mettre en alerte.

 Cette nuit-là, mon compagnon et moi, inquiets du retard de mon fils, sommes partis à sa recherche. A dix minutes de la maison, nous sommes arrivés sur une scène d’horreur, les pompiers et la gendarmerie étaient présents. Tout de suite, j’ai vu le corps de mon fils étendu sur ce parking.

J’ai compris instantanément qu’il était mort. C’était d’une violence inouïe ; mes cris de douleur et d’effrois poussés cette nuit-là résonnent encore dans mes entrailles.

Tout s’est profondément imprimé, gravé, dans ma mémoire. La violence du choc a créé chez moi un état de dépersonnalisation et de sidération ; aujourd’hui encore je me rappelle des moindres détails mais j’ai toujours l’étrange sensation que c’est une autre personne comme un double qui a vécu ce moment abominable.

J’ai été tout de suite très bien accompagnée et conseillée par mon médecin généraliste. Une surveillance médicale régulière, un suivi avec un médecin psychiatre, des massages deux fois par semaine pendant les premières années.

Des séances d’EMDR* prescrites rapidement ont été très efficaces. Elles ont atténué l’intrusion persistante d’images dans mon quotidien ainsi que des hallucinations sonores. Pendant plusieurs semaines. Les mêmes journées se répétaient. Le jour j’agissais comme un robot  mécaniquement, le soir c’était le black out total pendant 3 à 4 heures puis le réveil en état de choc. J’allais alors me glisser dans le lit de mon fils pour pleurer jusqu’au petit matin.

 Je n’avais jamais eu à faire avec la justice, un monde, un jargon que j’ai appris à connaître dans un état de fragilité extrême.

Pendant presque deux ans le parcours judiciaire n’a fait que raviver, amplifier la douleur et le traumatisme. Dans un état d’hyper vigilance et d’extrêmes tensions, j’ai déployé une énergie considérable. Anéantie par la mort de mon fils, j’ai dû agir et faire face à des choses atroces. Je me demande encore aujourd’hui comment j’ai fait. J’étais en mode survie, en mode guerrière.

Le meurtrier incarcéré a pris en outre toute la place : son acte, ses paroles pendant les auditions, son manque d’empathie ont généré beaucoup de rage et des chocs successifs. Ses demandes de liberté conditionnelles ont provoqué chez nous un état d’alerte et de peur permanente.

C’était terrible car nous parlions assez peu de mon fils lors de ces rendez-vous judiciaires. J’avais envie de hurler. En fait, très vite, le meurtrier est devenu le seul sujet. Son ombre prenait toute la place. Finalement, les familles des victimes ont assez peu la parole. Difficile de faire son deuil dans ces conditions. Le contenu de l’ordinateur et du téléphone de mon fils saisis par la police étaient épluchés. C’était très dur de voir toute sa vie intime livrée à la lecture de toutes ces personnes que nous ne connaissions pas.

Quinze jours après la fin de l’enquête publique et l’ordonnance de convocation du meurtrier aux assises pour assassinat avec préméditation et guet-apens, il a mis fin à ses jours.

Fini. Tout s’arrête d’un coup. Il faut tout ravaler : l’impact cataclysmique de son geste sur ma vie et celle de mon fils cadet, l’atteinte mortelle à la petite famille que j’avais construite, l’effet désastreux sur notre santé physique et morale. De plus, un stress lié à une grande fragilisation financière était totalement injuste. Il n’y aura ni procès, ni même une audience. J’avais tellement besoin de dire toute la souffrance et l’horreur que nous avions subi. Surtout, je voulais parler de mon fils, je voulais rappeler combien il était beau, pétillant, gentil. C’était un jeune homme toujours prêt à rendre service et très à l’écoute des autres.

 De nombreux évènements choquants et déstabilisants se sont ajoutés ;

une accumulation si lourde que parfois j’ai eu envie de mourir. C’était trop. J’ai culpabilisé de ces pensées par rapport à mon jeune fils. Il avait vécu assez de drame comme ça. Il a besoin de moi. L’ombre ne devait pas nous emmener tous, je me le répétais comme une guerrière.

Des articles de presse ont fait partie de ces chocs supplémentaires. Les journaux locaux ont réalisé leurs gros titres avec la mort de mon fils. Encore aujourd’hui, je suis indignée par la communication hâtive du parquet, des préfets aux médias.

Le secret d’instruction, les premiers mois, ne nous permettait pas de savoir comment il était mort exactement. La presse était toujours informée avant nous. Des questions tournaient en boucle dans ma tête : a-t-il souffert, est-il mort sur le coup ?

Quinze jours après son décès, je subissais un nouveau choc énorme. En entrant dans la maison de la presse de la petite ville où nous habitions, j’ai découvert qu’un magazine faisait sa Une avec en photo de couverture mon fils et son meurtrier. Le magazine populaire était en tête de gondole.

Dans notre petite ville, les gens se retournaient en me voyant, ils chuchotaient. Des journalistes rôdaient dans le quartier à la recherche d’informations. Ils toquaient à la porte de nos voisins. Je suis quelqu’un de pudique et discret, cela a provoqué une grande souffrance chez moi. J’avais le sentiment qu’on nous manquait de respect ou que les gens se délectaient de notre souffrance.

Nous avons fait la cérémonie d’adieu tôt le matin, le plus de discrétion possible était recommandée notamment en limitant le nombre de personnes pendant les obsèques. Les responsables des pompes funèbres nous avaient prévenus que des journalistes se tenaient tous les jours à l’affût devant leur bâtiment ; c’est pour cela aussi que le corps de mon fils avait été transféré dans le funérarium d’une autre ville proche.

Je ne supportais pas que son corps soit sous main de justice. Pendant presque deux ans, la tombe a été provisoire. Je voulais qu’on me rende mon fils et qu’il repose en paix.

Huit mois après le décès de mon fils, j’ai reçu par voie postale, le résumé de l’autopsie de son corps, sans aucune prévenance… seule à la maison, j’ai fait un malaise. Tout cela a été d’une violence extrême. Les chocs traumatiques se sont accumulés. Mon cerveau tentait de mettre des images à tout ce que j’avais lu, entendu, à tout ce qu’avait subi le corps de mon fils.

Pendant plus d’un an et demi, il m’a été impossible d’avoir des souvenirs heureux d’avant le drame. Les dernières images de mon fils et le parcours judiciaire bloquaient tout. Je suis restée sous tension pour pouvoir agir et la colère rugissait en moi. Je me sentais comme une lionne à qui on avait fait du mal à son petit.

Après l’arrêt de l’action judiciaire, j’ai voulu faire un dossier auprès de la CIVI**. Je ne le regrette pas. J’avais besoin de faire cette action jusqu’au bout, pour moi et pour mon jeune fils. Il était très important pour moi qu’un juge du tribunal civil, faute de mieux, reconnaisse toute la souffrance que nous avions tous endurée. C’était comme un devoir pour mes fils, comme un acte d’amour.

 J’ai eu de grandes difficultés à accepter ma vulnérabilité

J’étais plutôt un bourreau de travail et pleine d’enthousiasme. J’étais quelqu’un sur qui on pouvait s’appuyer. A l’issue de ces deux ans, l’entourage a eu dû mal à comprendre et mesurer à quel point j’étais épuisée, fragilisée. J’ai commencé à faire des crises de panique, j’avais plutôt le sentiment que c’était des crises du manque charnel de mon fils. C’était comme une solitude abyssale en moi, comme un gouffre noir qui m’aspirait. Ma sphère sociale aussi a été complètement déstabilisée. Certains nous ont évité. J’ai également renoncé à quelques relations avec des personnes  proches car nous étions devenus totalement incompatibles. J’avais le sentiment que je ne pourrais plus jamais avoir une vie normale. La pression sociale, les incompréhensions, la sensation d’être en décalage total ont déclenché chez moi des colères gigantesques, incontrôlables. Dès que je rentrais d’un rendez-vous avec notre avocat, la juge d’instruction… j’allais pendant des heures et jusqu’à épuisement couper du bois ou bêcher un talus plein de ronces dans mon jardin. Aujourd’hui, je contemple souvent ce talus. Il s’est transformé en une explosion de couleurs et de fleurs. Il reste pour moi un symbole de tout ce chemin parcouru. C’est comme si j’avais ramené un peu de lumière, un peu de beauté.

L’amour de mon jeune fils et de mon compagnon m’a fait tenir bon. Le jardinage, l’écriture, les bains de mer, les balades en nature; le goût des choses ne m’a jamais quitté .

J’ai eu beaucoup de mal à retrouver du sens à ma vie.

Petit à petit, une reconversion professionnelle dans les métiers du funéraire s’est imposée comme une nécessité. J’ai découvert dans cette tragédie ces métiers essentiels et tellement exigeants. Je tente de transformer mon épreuve en quelque chose de bien, de beau. Mon fils était plein de douceur et de gentillesse, il aimait tout ce qui était joli. Il me manque toujours énormément. C’est dur.

Aujourd’hui, j’ai accepté de vivre malgré tout. C’est sûr, je ne suis plus tout à fait la même qu’avant le drame. Mais, je souhaite rendre hommage à mon fils. Je veux être digne de tout son amour en continuant mon chemin, en conservant de la joie intérieure et une vie éclairée par lui. J’ai besoin de plus de moments de silence et de solitude qu’auparavant, mais j’ai à nouveau une vie sociale un peu plus apaisée.

La violence et l’horreur de cette épreuve m’ont rendu particulièrement sensible à la beauté de la nature et à la profondeur du cœur. Cette beauté me nourrit. Ce n’est pas tous les jours facile. Cependant, une chose que je ne croyais pas possible les premières années se produit … j’apprends à vivre avec cette blessure. Il m’arrive souvent aujourd’hui de sourire lorsque je pense à mon fils. Il continue d’exister à travers nous tous. Sa belle empreinte lumineuse a repris avec force sa place dans nos vies. Il nous éclaire et nous accompagne pour toujours.

Nathalie G.

NOTES :

*EMDR : Eye Movement Desensitization and Reprocessing est une méthode de  désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires. Vous pouvez lire notre article à ce sujet : L’EMDR, une aide considérable

**CIVI : Il s’agit de la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions, juridiction spécialisée présente dans chaque tribunal judiciaire. Pour plus d’informations, consultez le site du gouvernement à ce sujet.

À lire aussi :

Partager l'article

Facebook Twitter Linkedin

9 Commentaires

Barbier

23 Juil, 2022 à 07h30
Bonjour. Merci pour votre témoignage. Notre histoire n'est pas criminelle mais je me suis retrouvé dans tous vos propos ou presque. L'EMDR nous aidés à vivre avec l'horreur aussi. Mais c'est récent encore et en attente de jugement, les douleurs sont partout.. Merci pour l'effort de témoignage.

Truong

22 Juil, 2022 à 13h20
Témoignage fort plein d'humanité. Je souhaiterais remercier Nathalie G. pour son courage. Par delà la douleur de la perte de son fils, elle a su faire de cette épreuve une force, un retournement inouï qui ne semblait pas gagné d'avance.

FOUASSIER

21 Juil, 2022 à 11h41
Merci à Nathalie pour ce témoignage éprouvant et courageux qui nous fait percevoir toute la violence supplémentaire reçue dans ces circonstances particulières d'une mort criminelle et les conséquences effroyables sur les proches. Merci aussi de transmettre malgré tout la lumière d'un possible apaisement malgré l'énorme blessure. Je n'ai pas eu à vivre cela mais j'ai 3 fils et, sans être une mère poule, j'imagine sans peine le déchirement d'une mort prématurée de l'un d'entre eux. J'accompagne de part ma profession des personnes en fin de vie qui subissent la violence de la maladie, et des personnes autour qui subissent la violence de la disparition de leur proche, mais cette violence particulière de la procedure judiciaire pendant cette période de deuil me frappe car elle se surajoute sans ménagement aux autres premières douleurs. Les medecins ont des obligations dans la façon de divulguer des diagnostics graves, les laboratoires n'avaient pas le droit de diffuser par courrier par exemple une serologie HIV positive qui necessitait un accompagnement spécifique lors d'un entretien médical, pourquoi le système judiciaire ne prendrait aucune précaution dans la divulgation d'un résultat d'autopsie ? Il y a la matière à réflexion. Dans votre chemin de restauration , vous dites vous diriger vers les métiers du funeraire. Connaissez vous le film "Departures", oscar du meileur film étranger en 2008 ? Nul doute que votre experience de la traversée d'un océan de douleurs ne soit profitable à ceux que vous accompagnerez face à l'épreuve du décès . De même que sur le talus de vos colères, vous avez vu les plus belles fleurs pousser, d'autres fleurs sont à venir. Merci pour ce témoignage extrêmement fort et authentique, et surtout continuez à prendre soin de vous.

Cordesse Marot

21 Juil, 2022 à 10h06
Merci de ce témoignage bouleversant Mon fils s’est noyé à l’âge de 37 ans. C’est certainement moins cruel que votre expérience mais j’imagine bien votre souffrance.

MAILLARD

20 Juil, 2022 à 19h32
C'est formidable de pouvoir mettre des mots sur toutes ces souffrances. Merci de l'avoir écrit et de l'avoir publié.

Agnès GRAINGEOT

20 Juil, 2022 à 16h51
Merci pour avoir eu le courage de laisser ce témoignage. En vous lisant je reconnais mon parcours, vos mots, vos émotions, votre transformation sont miennes même si le contexte du départ de mon fils est différent. Nos enfants sont Lumière et Amour, ils veillent toujours sur nous Avec tendresse Agnès

Laurence Boudsocq

20 Juil, 2022 à 13h04
Un magnifique témoignage qui aborde tous les aspects de cette effroyable tragédie ( cataclysme familial, inhumanité de la procédure judiciaire, chocs récurrents liés aux révélations successives, voyeurisme des médias, lent cheminement vers une reconstruction personnelle, etc...). Cette maman a fait preuve d'une force et d'un courage remarquables. Merci à elle d'avoir partagé ce vécu avec nous. Il m'a bouleversée. C'est une véritable leçon de vie !

Bretegnier François

20 Juil, 2022 à 10h13
Face à cette récit d’horreur, de simplicité, de perte de l’autre et de soi, d’analyse et d’espérance, de ce raccourcissement étrange passé-futur, je ne me pose la question ni de l’admiration ni de la compassion qui pourtant surviennent si vite mais celle de la pensée, celle du partage intime, celle de l’inutilité dangereuse des projections, celle d’un dialogue silencieux, celle de la vie qui se poursuit et que nous poursuivons, au propre comme au figuré, celle d’une main dans une main présente et absente, celle de ceux qui nous entourent. Merci pour ce témoignage. Au revoir, bonne journée et vie

Coralie

20 Juil, 2022 à 08h01
Nathalie, merci pour ce texte où l’on ressent la puissance de l’amour d’une mère et de son fils. Je me retrouve dans énormément de vos ressentis et dans votre façon de cheminer. Nous n’avons pas la meme histoire mais la perte d’un fils dans un contexte lié à la justice. Merci pour ce partage 🙏



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Répondez à notre questionnaire pour recevoir
une aide personnalisée.

Je commence
S'inscrire à la
Newsletter

Notre site utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité et mesurer l'audience. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies dans les conditions prévues par nos mentions légales.